Barbecue coréen et «biscuit» scandinave

Barbecue coréen et «biscuit» scandinave

S’il était inévitable que Giovanni Trapattoni devienne, un jour, sélectionneur de l’Italie, le Lombard n’aurait jamais pensé que son aventure sur le banc de la Nazionale lui aurait laissé un tel arrière-goût en bouche. Entre un improbable barbecue coréen et un « biscuit » scandinave.

À l’été 2000, rien ni personne n’aurait imaginé que Dino Zoff, en charge des Azzurri, doive déjà laisser son office, après à peine deux ans et, surtout, une finale de l’Euro amèrement perdue. Mais c’est justement cette défaite, ou plutôt l’incroyable dénouement avec une égalisation française dans les arrêts de jeu et le but en or de David Trezeguet, qui allait précipiter le destin. Silvio Berlusconi, Premier ministre ces années-là, avait vivement critiqué la gestion tactique du champion du monde 1982. Attaqué personnellement, Dino Zoff avait remis sa démission et libéré pour son mentor, Giovanni Trapattoni, très vite dans le collimateur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct