Face aux ténors, la Belgique n’y arrive décidément pas

Giaccherini et Pellè ont planté les buts qui renvoyent les Diables à leurs doutes les plus profonds.
Giaccherini et Pellè ont planté les buts qui renvoyent les Diables à leurs doutes les plus profonds. - Virginie Lefour/Belga et Max Rossi/Reuters.

La Belgique n’avait plus perdu son match inaugural dans une grande compétition depuis Mexico 1986. Certains superstitieux y verront un bon présage. D’autres, plus pragmatiques et certainement plus nombreux, en profiteront pour brocarder Wilmots et cette génération dorée qui n’arrive pas à se faire mal quand il s’agit d’affronter une pointure en-dehors du cadre amical.

Les Diables avaient pourtant bien débuté, en allumant les premiers pétards et en prenant le jeu à leur compte. Mais Conte, s’il n’a pas une équipe flamboyante, n’en reste pas moins un fin tacticien. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard que ce soit Nainggolan, qu’il tente depuis des semaines de prendre à Chelsea, qui lui a procuré ses premières sueurs froides. A deux reprises, le médian tatoué allumait Buffon à distance. Des frappes comme il en ajuste des dizaines par saison à l’AS Roma, où il joue encore un cran plus haut.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct