Pourquoi la Wallonie place les villes au cœur de sa stratégie de développement

Seuls douze pôles urbains peuvent être candidats à un plan pluriannuel, les mêmes que ceux retenus par l’Europe pour les projets Feder. Parmi lesquels Namur et, ici, sa place d’Armes.
Seuls douze pôles urbains peuvent être candidats à un plan pluriannuel, les mêmes que ceux retenus par l’Europe pour les projets Feder. Parmi lesquels Namur et, ici, sa place d’Armes. - Photonews.

Pour Paul Furlan (PS), le ministre des Pouvoirs locaux, la Wallonie est à un tournant : « En approuvant un cadre stratégique pour sa politique de la ville, le gouvernement régional s’engage vers les villes de demain. Il reconnaît définitivement leur caractère structurant pour le développement du territoire. »

Une question vient immédiatement à l’esprit, très sensible au sud du pays : assiste-t-on à la victoire définitive de l’urbanité sur la ruralité ? « Nous ne dressons pas l’une contre l’autre, répond illico le bourgmestre de Thuin. Les crédits attribués aux villes ne sont pas pris sur les budgets attribués au développement rural que nous continuons à soutenir. Mais reconnaissons que les problèmes de notre temps sont plus aigus en milieu urbain : questions sociales, économie, aménagement du territoire, mobilité… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct