Meurtre de Jo Cox: comment l’émotion peut influencer les votes

Meurtre de Jo Cox: comment l’émotion peut influencer les votes

Un événement imprévu, à fort impact émotionnel, survenant à quelques encablures d’un rendez-vous électoral, peut-il influencer – voire modifier ? – le résultat du scrutin ? Jean Faniel, le directeur général du Crisp (le Centre de recherche et d’information socio-politiques) n’a pas connaissance d’étude de cas exhaustive et scientifique à ce sujet. Quatre événements assez comparables à l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox, dans leur gravité comme dans leur timing, méritent toutefois d’être exhumés.

Le premier est l’assassinat d’Anna Lindh, poignardée dans un grand magasin de Stockholm le 10 septembre 2003. L’ancienne ministre suédoise (social-démocrate) des Affaires étrangères soutenait le « oui » au référendum pour l’euro prévu le 14 septembre. Mais quatre jours après ce drame, le « non » l’a emporté, comme annoncé par les sondages.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct