JO de Rio: pourquoi le bannissement des Russes va renforcer le discours anti-occidental

Vladimir Poutine nie tout programme «
de dopage organisé par l’Etat
» russe. © EPA / Sergey Chirikov
Vladimir Poutine nie tout programme « de dopage organisé par l’Etat » russe. © EPA / Sergey Chirikov

C’est une gifle. Pour les athlètes russes, bien sûr, privés du rendez-vous sportif suprême ; pour les autorités politiques, aussi. Pas de bannière russe à Rio. Une nouvelle qui constitue un choc sportif autant que diplomatique.

On a assisté à un joli télescopage de calendrier, ce vendredi. Alors que le couperet de l’IAAF tombait, Vladimir Poutine venait de tendre la main aux Européens lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg. «  Nous ne sommes pas rancuniers, et nous sommes prêts à faire un pas vers nos partenaires européens  », déclarait le président russe, faisant référence aux sanctions qui frappent son pays depuis l’annexion de la Crimée.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Monde