Agiter la menace terroriste pour pousser à voter «non» au Brexit

À l’issue d’une longue et dure campagne, les sondages sont au coude à coude sur le résultat du scrutin. © AFP / Geoff Caddick
À l’issue d’une longue et dure campagne, les sondages sont au coude à coude sur le résultat du scrutin. © AFP / Geoff Caddick

« N ous sommes confrontés à des défis sécuritaires sans précédent  ». À la veille du référendum sur le maintien ou non de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, a agité le spectre de la menace terroriste pour pousser les Britanniques indécis à voter « non » au Brexit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct