Les Diables ont gagné sur tous les tableaux

Nainggolan et Mertens exultent. © Bruno Fahy/Belga
Nainggolan et Mertens exultent. © Bruno Fahy/Belga

Encore manuscrites sur le carnet à spirales statistique d’un autre siècle, les références numérotées Ita/Europeo-80/groupe-B ont été débarrassées des résidus abandonnés par le temps sous laquelle sommeillait la dernière sortie de poule recensée au niveau belge dans un championnat d’Europe. Trois décennies et des… poussières après l’exploit de la génération Ceulemans (l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre c’était tout de même autre chose que l’Italie, l’Irlande et la Suède), la plus belle sélection sortie des cartons de la Fédération depuis des lustres a accompli ce que l’on attendait d’elle, fût-ce au minimum syndical : se qualifier.

Tournés en bourrique par la Squadra Azzura en début de tournoi, Hazard et ses coreligionnaires ont rectifié le tir, comme ils le devaient. Ni plus, ni moins. Après l’Irlande (3-0), la Suède (1-0) a fini par subir les conséquences de la réévaluation des objectifs imposés à la sélection belge, victime précoce de ses propres turpitudes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct