Intégration des primo-arrivants: le projet de Francken jugé trop bricolé

«
Je sais que la Belgique est un pays compliqué, a commenté Theo Francken. Mais je pense qu’il y a quand même des possibilités de trouver un consensus. S’il n’y en a pas… je préfère me taire.
» © Aurore Belot
« Je sais que la Belgique est un pays compliqué, a commenté Theo Francken. Mais je pense qu’il y a quand même des possibilités de trouver un consensus. S’il n’y en a pas… je préfère me taire. » © Aurore Belot - Belga.

Le Conseil d’Etat n’avait pas été tendre et, sans surprise, l’opposition ne l’a pas été pas davantage. Theo Francken soumettait ce mercredi matin la version toilettée de son projet de déclaration pour primo-arrivants en Commission Intérieur du Parlement.

Pour rappel, l’idée d’une déclaration d’adhésion aux valeurs de la Belgique avait été lancée en octobre 2015. Une mesure censée favoriser l’intégration de la vague de candidats réfugiés venus de Syrie, Afghanistan, Irak – on comptait alors des centaines d’arrivées par jour – et visant surtout à rassurer la population quant au contrôle desdits demandeurs d’asile. En cas de refus de signer ou de comportement inapproprié, l’obtention ou la prolongation d’un titre de séjour pourrait être affectée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct