Madagascar: des excréments de chauves-souris pour un engrais écologique

Une fois extrait, le guano est séché dans des unités de production. Narindra Raharijaona.
Une fois extrait, le guano est séché dans des unités de production. Narindra Raharijaona.

Les excréments des chauves-souris se mélangent aux roches calcaires des grottes où elles se réfugient, ainsi qu’aux ossements des cadavres d’animaux. En se minéralisant sur une durée de 20 à 30 ans, la matière ainsi obtenue acquiert des propriétés fertilisantes, riches des minéraux nécessaires au développement des plantes et à leur bonne santé, comme l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium ou encore le zinc.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct