Sortie de l’Euro interdite pour les Diables

A l’image de De Bruyne, dont la Belgique attend beaucoup, Mertens, Nainggolan et Dembélé, les Diables étaient relax avant de mettre le cap sur Toulouse. © Photo News
A l’image de De Bruyne, dont la Belgique attend beaucoup, Mertens, Nainggolan et Dembélé, les Diables étaient relax avant de mettre le cap sur Toulouse. © Photo News -

Toute sortie est définitive. C’est presque écrit noir sur blanc au tableau de l’Euro comme d’ordinaire aux portes d’accès des stades. Les règles du jeu vont changer dès ce week-end, mais seulement en apparence. Cette phase à élimination directe qui s’amorce dans 2 parties de tableau parfaitement déséquilibrées (Allemagne, Espagne, Italie, Angleterre et France sont dans le même hémisphère des angoisses existentielles), les Diables l’ont déjà appréhendée au cours des deux derniers matchs. Dont ils sont sortis sans casse, mais sans rassurer pleinement non plus.

Les voilà aujourd’hui affublés d’une étiquette de favoris de leur partie de tableau, avec le Portugal et la Croatie qui s’affrontent samedi. Pourtant rompu à la critique, Marc Wilmots va devoir s’habituer à vivre avec une pression qu’il n’a peut-être jamais connue depuis ses débuts dans le métier d’entraîneur tant elle émanera, cette fois, de tous, partisans comme détracteurs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct