Face à la défaite des Diables, «ce n’est pas de la tristesse, c’est de la colère»

© Bruno D’Alimonte
© Bruno D’Alimonte -

Samedi matin, c’est avec une boule à l’estomac que je me suis levé. Et la lecture de mon journal préféré, à l’heure du petit-déjeuner, n’a rien arrangé. Mon Soir reproduisait les propos rédigés par le WalesOnline, dans l’euphorie de l’historique qualification de l’équipe au dragon : « Absorbez cet instant comme une éponge, les amis. Rappelez-vous où vous êtes, vous raconterez cette histoire dans les années à venir », écrivait le site d’information en ligne gallois. Voyant ma mine sombre, ma femme m’a demandé ce que j’avais. « Je suis triste parce que les Diables ont été éliminés », lui ai-je répondu. «  Ce n’est pas de la tristesse, a-t-elle sobrement commenté en déposant une tasse dans le lave-vaisselle. C’est de la colère ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct