Le bagayou, une affaire d’homme

© Reporters
© Reporters

C omment tu vas, mon vieux bagayou  ?» me lance mon interlocuteur kanak. Même si je ne doute pas de la cordialité de cette adresse, mieux vaut en vérifier le sens exact. Bagayou  ? C’est un pote, un copain sur qui on peut compter. Me voilà rassuré.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct