Louis Croenen, deux minutes, papillon!

© Bruno D’Alimonte.
© Bruno D’Alimonte. -

Il débarque, les cheveux en éventail, après la séance du matin dans cette piscine de Wachtebeke que lui et les autres nageurs de sa bande viennent d’abandonner à des groupes scolaires qui, en mode basse-cour, ont fait grimper les décibels ambiants. « S’entraîner de 7 à 9 h, c’est toujours mieux que de 6 à 8 h, comme je le faisais quand j’étais plus jeune, au centre fédéral d’Anvers, (se) rassure-t-il. Surtout pour quelqu’un comme moi qui ne suis pas du matin… »

On lit une fatigue maîtrisée sur ce visage où les taches de rousseur jouent à saute-mouton. Louis Croenen est en « préparation finale » pour ses deuxièmes Jeux et l’heure n’est pas à l’économie d’énergie. Encagé dans son couloir, en moulineur stakhanoviste, il vient d’engloutir les longueurs sans états d’âme, seule recette vers un succès espéré.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct