Attentat à Nice: le plan d’action de Hollande vivement critiqué

Vendredi après-midi, François Hollande s’est rendu à l’hôpital Pasteur de Nice, où la plupart des blessés de l’attentat ont été regroupés. © AFP
Vendredi après-midi, François Hollande s’est rendu à l’hôpital Pasteur de Nice, où la plupart des blessés de l’attentat ont été regroupés. © AFP - afp.

Vendredi matin. Le Premier ministre Manuel Valls, au sortir du conseil de l’Elysée consécutif au terrible drame de Nice, joue la fermeté. Le ton contraste avec une impuissance évidente à déjouer la fatigue d’une nuit forcément écourtée : «  Nous faisons face à une guerre que le terrorisme nous livre. Le but des terroristes, c’est d’installer la peur. La France est un grand pays et une grande démocratie, qui ne se laissera pas déstabiliser. » Il en appelle même à l’unité nationale, un peu plus tard, sur la chaîne de télévision française LCI. «  C’est la seule réponse possible  », dit-il.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct