Un troisième procès Cools, 25 ans après

Le 18 juillet 1991, André Cools était assassiné avenue de l’Observatoire à Cointe. En 2004, Richard Taxquet (ph. du haut) et Mimo Castellino, en 2007, ont été condamnés à vingt ans de prison. ©belga
Le 18 juillet 1991, André Cools était assassiné avenue de l’Observatoire à Cointe. En 2004, Richard Taxquet (ph. du haut) et Mimo Castellino, en 2007, ont été condamnés à vingt ans de prison. ©belga -

Le 18 juillet 1991 à 7 h 25, André Cools, bourgmestre PS de Flémalle et ministre wallon, s’effondrait, touché par balles, devant le domicile de sa compagne, avenue de l’Observatoire sur les hauteurs de Liège. Marie-Hélène Joiret, elle aussi blessée, avait survécu.

Un quart de siècle plus tard, la justice s’apprête à entamer un troisième procès Cools devant les assises de Namur. Un « procès important », souligne l’avocate générale Marianne Lejeune, qui soutiendra l’accusation comme elle l’a fait avec verve pour les deux précédents. Un procès « qui n’a plus aucun sens », selon Julien Pierre, l’avocat de Richard Taxquet, qui rappelle que son client, redevenu présumé innocent, a purgé une peine et entamé l’indemnisation des victimes. Quel que soit le point de vue, d’un côté comme de l’autre, on se prépare à affronter des difficultés.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct