Huée et surenchère politique après l’attentat de Nice

Huée et surenchère politique après l’attentat de Nice

Ce devait être une cérémonie de recueillement et d’hommage aux victimes de l’attentat commis lors du 14 juillet à Nice. Elle s’est terminée en bronca contre l’exécutif français. Lundi à midi, le premier ministre Manuel Valls, d’autres membres du gouvernement ainsi que nombre d’élus locaux se rendent en cortège sur la Promenade des Anglais pour assister à la minute de silence consacrée au souvenir des 84 personnes tuées par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. C’est alors qu’une partie de la foule a lancé des huées à l’endroit du gouvernement, accompagnées de cris hostiles : « Démission », « assassins ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct