Juan Antonio Samaranch: un empire pour 5 anneaux

- AP Photo/Jean-Marc Bouju

« M a femme est souffrante et ne pourra pas venir à Sydney pour assister à ces Jeux olympiques. J’ai dès lors décidé de demander à Dawn Fraser, l’une des plus grandes sportives de l’histoire, de m’accompagner personnellement à la cérémonie d’ouverture, ce vendredi. Elle sera, à mes côtés, la « first lady » de la soirée ! »

On croyait avoir tout vu avec Juan Antonio Samaranch, mais, à 80 ans, le président du Comité international olympique (CIO) peut encore parfois sortir un lapin de son chapeau et jouer les vieux charmeurs. Même si cela n’a pas suffi à amadouer la presse mondiale, à laquelle il s’adressait ce jeudi, il aura au moins réussi à la captiver pendant un court moment, entre les réponses évasives diffusées par ailleurs à chaque question concernant les récents problèmes rencontrés par certains membres de cette institution qui a perdu beaucoup de son prestige.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct