Pour le pentathlon moderne, il est moins cinq

Pour le pentathlon moderne, il est moins cinq

Ces samedi et dimanche, 24 hommes et 24 femmes -une première- se disputeront l’un des derniers titres des ces Jeux de la XXVII e Olympiade sans susciter de véritable passion. Le pentathlon moderne est la dernière aberration du programme olympique, un sport qui ne survit que parce qu’il a été inventé par le baron Pierre de Coubertin, le rénovateur des Jeux, et parce qu’il a su se moderniser en étant ramené sur une seule journée et en réduisant drastiquement le nombre de ses compétiteurs.

S’inspirant du pentathlon des Jeux antiques, une épreuve où les athlètes couraient, sautaient, lançaient le disque et le javelot et luttaient, Coubertin avait imaginé, dans la « construction » de son épreuve, l’aventure d’un soldat s’échappant du territoire ennemi à cheval. L’animal ayant fini par succomber sous les balles, le héros avait dû se défendre avec son pistolet, puis son épée. Pour rejoindre son camp, il avait alors traversé un fleuve à la nage avant de terminer son périple à la course à travers champs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct