Vandecaveye découvre l’argent content

- BELGA PHOTO/Chew

Gella Vandecaveye a eu un peu de mal à sourire quand le prince Philippe lui a dit qu'il était fier d'elle, quelques minutes à peine après sa descente de tapis. Avec les collégiennes japonaises en jupe plissée qui hurlaient en arrière-fond sonore en agitant de petits drapeaux nippons, avec les coachs de Yuko Emoto qui tournoyaient comme des mouches autour de leur protégée, il y avait, en effet, plutôt de quoi attraper le tournis...

Quelques instants plus tôt, elle venait, certes, de décrocher une médaille d'argent, mais au terme de la défaite peut-être la plus cinglante de sa carrière, concédée en moins d'une minute, sur un «pion» mémorable.

Il y a eu, bien sûr, celle contre Fleury dans des circonstances particulières, l'an dernier aux Championnats du monde, mais, à part ça, je ne me souviens plus de la dernière fois où j'ai été battue aussi nettement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct