«Il pisse violet»: les nageurs s’accusent de dopage aux JO 2016

Sun Yang n’est pas très apprécié par ses concurrents. © Photo News
Sun Yang n’est pas très apprécié par ses concurrents. © Photo News -

Quand l’ombre du dopage plane sur la natation : le Chinois Sun Yang, suspendu trois mois pour un contrôle positif en 2014, a décroché l’or olympique mardi à Rio, où la Russe Yuliya Efimova, empêtrée dans les affaires, a été copieusement sifflée.

Le Français Camille Lacourt, cinquième de la finale olympique du 100 m dos, n’a pas du tout apprécié de voir gagner sur 200 m libre le Chinois Sun Yang, contrôlé positif en 2014, lundi à Rio. « Ca me donne envie de vomir. Sun Yang, il pisse violet », a-t-il lancé au micro des radios françaises, à propos du Chinois, suspendu trois mois après un contrôle antidopage positif en 2014, et dont la présence dans le bassin suscite les critiques de certains de ses adversaires.

« Quand je vois le podium du 200 m nage libre, ça me donne envie de vomir. Je préfère retenir cette foule qui a crié quand on est rentré dans ce bassin olympique qui est génial », a poursuivi Lacourt.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct