La Turquie peut-elle réellement exécuter ses putschistes?

Erdogan clame qu’il ne peut pas «
ignorer les demandes du peuple
». Reuters.
Erdogan clame qu’il ne peut pas « ignorer les demandes du peuple ». Reuters.

Dans la Turquie de l’après-15 juillet, cette nuit meurtrière où un groupe de militaires a entrepris un coup d’État, les appels au rétablissement de la peine capitale jouissent d’un puissant relais : Recep Tayyip Erdogan. À chaque discours, dans chaque interview, le chef de l’État explique qu’il ne peut pas « ignorer les demandes du peuple » et promet de promulguer tout texte restaurant la peine de mort, douze ans après sa suppression.

Il le clame en dépit des avertissements de l’Union européenne (UE), qui prévient qu’une telle décision bloquerait les négociations d’adhésion. En dépit de l’Europe… ou en défi à l’Europe ? « Cela fait 53 ans que nous sommes à la porte de l’UE. Nous avons aboli la peine de mort (NDLR : en 2004). Qu’est-ce que cela a changé ? » a lancé le président turc aux Européens, qu’il accuse d’avoir condamné mollement la tentative de putsch.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct