Amélie Nothomb : « On peut échapper à la malédiction, par amour et par esprit »

Amélie Nothomb assume le happy end de son roman.
Amélie Nothomb assume le happy end de son roman. - Marianne Rosenstiehl.

Pour son roman annuel, toujours édité par Albin Michel dès le premier jour de la rentrée littéraire, Amélie Nothomb s’est remise au conte. Après Barbe-Bleue en 2012, voilà Riquet à la houppe. Un conte de Charles Perrault, encore, daté fin XVIIe. L’histoire d’un bébé royal d’une laideur repoussante mais qu’une fée dote d’une grande intelligence. Et qui rencontre, plus tard, une princesse d’une fabuleuse beauté mais que la stupidité étreint. Perrault vantait les pouvoirs de l’amour. Amélie Nothomb transpose l’histoire à Paris aujourd’hui. Déodat, le garçon laid, est le fils d’un cuisinier et d’une danseuse et stupéfie tout le monde par son esprit. Trémière est une fille superbe, à l’esprit un peu lourd. Ils se rencontrent et s’aiment, évidemment.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct