Présidentielle française: un devoir de responsabilité

Nicolas Sarkozy et François Hollande © Reuters
Nicolas Sarkozy et François Hollande © Reuters

Ce n’était évidemment depuis longtemps qu’un secret de polichinelle. Nicolas Sarkozy candidat à un retour à l’Elysée ! Sérieusement, qui pouvait en douter ? Dans l’interview qu’il nous avait accordée en juin, il avait déjà brossé le portrait-robot du leader dont la France (et l’Europe tout entière !) avait besoin. Un profil qui collait au sien.

L’annonce, ce lundi, de l’ancien chef de l’État français battu en 2012 n’en marque pas moins, à huit mois de l’échéance, le coup d’envoi de la prochaine campagne présidentielle. Après Arnaud Montebourg à gauche ce dimanche, emboîtant lui-même le pas à Benoît Hamon et à Cécile Duflot (et qui sait : avant Emmanuel Macron ?), la course à l’échalote est lancée. Les Jeux olympiques à peine terminés, voici que chacun s’échauffe pour la nouvelle « compétition » qui se profile.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Éditos