Christophe Hardiquest (Bon Bon): l'héritage et le terroir avant tout

Christophe Hardi. © Alexandre Bibaut.
Christophe Hardi. © Alexandre Bibaut. -

Production : Malika Hamza Texte : René Sépul Photos : Alexandre Bibaut.

D’où vient cette envie de travailler le patrimoine gastronomique bruxellois ?

J’aime voyager et partout où je vais, je relève une certaine uniformisation en cuisine : on a affaire aux mêmes produits, aux mêmes intitulés… Quand je vais au Portugal, j’ai envie de manger local. Je fais de beaux repas dans la rue ou dans de petits restaurants, mais quand on monte en gamme, le côté local disparaît souvent. Je ne dis pas que j’y mange mal, mais je ne suis pas surpris : c’est la première chose. Et puis il y a eu la rencontre de Corey Lee, également à l’origine de cette réflexion.

Corey Lee, le chef du restaurant du Musée d’art moderne de San Francisco (SFMoMA)…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct