Des jeunes femmes radicalisées prêtes à frapper au nom de Daesh à Paris

Des jeunes femmes radicalisées prêtes à frapper au nom de Daesh à Paris

Un attentat à la voiture piégée en plein cœur de Paris. C’est bien ce qu’avaient imaginé Ines Madani et ses complices. Trois jeunes femmes extrêmement radicalisées qui auraient préparé, selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, «  de nouvelles actions violentes et imminentes  ». Dans la nuit de dimanche à lundi, elles sont soupçonnées d’avoir abandonné une Peugeot 607 chargée de bonbonnes de gaz et de gasoil dans une rue de Paris, à deux pas de Notre-Dame. Un commando, a précisé vendredi lors d’une conférence de presse le procureur de la République François Molins, « téléguidé » par des djihadistes de l’EI depuis la Syrie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct