Dans le Vermont, une petite ville se déchire sur l’accueil de 100 réfugiés syriens

Don Chioffi, retraité de 71 ans, est l'un des principaux opposants à la venue de 100 réfugiés à Rutland. © Edouard de Mareschal
Don Chioffi, retraité de 71 ans, est l'un des principaux opposants à la venue de 100 réfugiés à Rutland. © Edouard de Mareschal -

Les routes du Vermont ressemblent à celles d’Auvergne, bordées de petites montagnes alignées comme des bols reversés. Loin de toute agglomération se trouve à Rutland, petite commune dont la composition démographique est l’exacte photographie de cet Etat du Nord-Est des Etats-Unis: à 99% blanche, selon le dernier recensement de 2010. C’est dans cette ex-ville industrielle en déclin, comme il en existe bien d’autres dans la région, qu’une polémique n’en finit plus d’enfler depuis bientôt cinq mois. En avril dernier, le maire sans étiquette Chris Louras a annoncé dans la presse que Rutland allait accueillir 100 réfugiés de Syrie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct