6 mois après les attentats de Bruxelles: «C’est ancré en moi, comme marqué au fer rouge»

6 mois après les attentats de Bruxelles: «C’est ancré en moi, comme marqué au fer rouge»

I l y a toujours ce gant de très mauvais goût que je suis obligé de porter. Dominique désigne sa main gauche. C’est un rappel permanent. On ne reste pas très longtemps sans avoir ses mains dans son champ de vision… » Quand l’explosion a soufflé le métro à la station Maelbeek, le 22 mars 2016, Dominique Denoël était à « quatre ou cinq mètres » de la déflagration. Il s’est très probablement protégé le visage avec sa main gauche. Sa main droite, elle, n’a pas de séquelles. « J’ai aussi fermé les yeux si fort, pour me protéger, que j’avais des bleus autour des paupières. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct