Bahamas Leaks: Neelie Kroes se défend en évoquant une «erreur administrative»

Bahamas Leaks: Neelie Kroes se défend en évoquant une «erreur administrative»

Moins de six mois après les Panama Papers, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont fait partie « Le Soir », remet le couvert. Cette fois, le nom de code est « Bahamas Leaks ». Et – surprise - c’est l’île des Caraïbes qui est au centre des débats.

La grande (et unique) vedette internationale de ce Bahamas Leaks, c’est Neelie Kroes. Les documents obtenus par nos confrères du « Süddeutsche Zeitung » révèlent en effet que l’ex vice-Présidente de la Commission européenne a été administratrice d’une société offshore logée aux Bahamas du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009. S’il n’est en soi pas illégal de gérer une société de ce genre (tout dépend de l’usage qu’on en fait), Neelie Kroes a tout de même violé un point du règlement de la Commission.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct