Les étudiants latino-américains: «Nous sommes le cauchemar de Trump»

Anna Lombardi Syracuse New York
Anna Lombardi Syracuse New York -

L e vote des latino-américains sera déterminant pour ces élections. Personne ne peut gagner sans eux. Et ils ne voteront pas pour Donald Trump.» Dans son bureau au troisième étage de la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs de Syracuse, la prestigieuse université de l’État de New York, dont les bâtiments néo-classiques et les tours crénelées rappellent le Poudlard de Harry Potter, le professeur Rafael Fernandez De Castro Medina semble convaincu. Mais le politologue, qui fut pendant longtemps le conseiller de Felipe Calderón, l’ancien président du Mexique qui a décriminalisé l’immigration illégale, sait bien que ces 27 millions d’électeurs (les hispaniques sont très nombreux aux États-Unis) sont surnommés «le géant endormi» à cause de leur incapacité à se mobiliser politiquement et à peser dans la balance.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct