Procès Wesphael: «C’était un meurtre!»

Procès Wesphael: «C’était un meurtre!»

C’est un meurtre, dit l’avocat général. Un homicide volontaire. Un crime passionnel comme il y en a eu des milliers depuis que la haine et l’amour sont les fruits du même arbre. C’est l’épilogue affreux d’un conte de fée trop tôt désenchanté. Car il apparaît très vite que « le château du prince charmant est hypothéqué et que son cheval, il l’a acheté à crédit ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct