Pierre Etaix, c’était l’art de faire rire

Pierre Etaix, c’était l’art de faire rire

Pierre Etaix était à Bruxelles jeudi et vendredi derniers (NdlR ; en novembre 2008). Il a enregistré Le jeu du dictionnaire à la RTBF et il a répondu aux questions du Soir. Mardi, il sera à nouveau à Bruxelles : le Théâtre de la Toison d’or lui fait la fête. L’occasion de zoomer sur ce cinéaste condamné à la mort virtuelle par un conflit judiciaire : ses films ne sont plus distribués, ils ne peuvent sortir en DVD, personne ne peut les voir, Etaix doit même intenter une action en justice pour qu’il puisse les restaurer avant qu’ils ne tombent en miettes de pellicule.

L’homme reste cependant souriant, généreux et actif. Comme son personnage de Tant qu’on a la santé : tout s’écroule dans son appartement, secoué par les vibrations du marteau-piqueur qui travaille dans la rue, les tableaux s’écrasent, les verres éclatent, même les notes tombent de sa partition, mais son visage reste impassible.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct