Comment Trump rallie les «suprémacistes blancs»

Edition numérique des abonnés

N e dites surtout pas que je suis un ‘suprémaciste blanc’. Je préfère le terme ‘nationaliste blanc’. Nous qualifier de ‘racistes’ ou de ‘suprémacistes’ est négatif et nous nuit.  » La mise au point sémantique étant faite, William Johnson, président de la formation nationaliste American Freedom Party, commande avec le sourire un jus de pamplemousse dans un « diner » traditionnel d’une banlieue proprette de Los Angeles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct