À Otay Mesa, dans l’épicentre des «supertunnels» de la drogue

De l'autre côté de la frontière, la ville mexicaine de Tijuana. © Julie Connan
De l'autre côté de la frontière, la ville mexicaine de Tijuana. © Julie Connan -

Difficile d’imaginer que cette petite vallée aride aujourd’hui parcourue par des grillages et éclairée comme un stade servait justement de… terrain de football, dans les années 80 et 90, où Mexicains et Américains venaient se défouler, sans se préoccuper de savoir où se situait vraiment la frontière.

Depuis 1986, année record pendant laquelle 628 000 clandestins furent interpellés le long des 180 km de frontières surveillées par la police des frontières de San Diego, quelque 30 000 arrestations sont effectuées (le passage coûte entre 5 à 7000 dollars), et pas moins de 550 atteintes à la barrière de séparation sont constatées en moyenne chaque année. «  Regardez partout le long, pointe Mark Endicott, agent de la Border Patrol de San Diego, au volant de son 4x4. On essaie de réparer comme on peut, mais ils y vont parfois à la hache  ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct