L’enjeu caché à Mossoul: l’avenir de l’Irak unitaire

Une unité des forces spéciales irakiennes à l’est de Mossoul. La mosaïque des forces qui s’attaquent à Daash inquiète.
Une unité des forces spéciales irakiennes à l’est de Mossoul. La mosaïque des forces qui s’attaquent à Daash inquiète. - Azad Lashkari/RTR.

Commencée le 17 octobre, la reconquête de Mossoul, le dernier bastion en Irak de « l’Etat islamique », continue sans désemparer. De nombreux experts militaires s’accordent pour estimer que les quelque 5.000 djihadistes demeurés dans la seconde ville d’Irak située au nord-ouest du pays opposeront sans doute une résistance acharnée mais qu’ils devront, tôt ou tard, céder devant des forces bien plus nombreuses et bien mieux équipées, soutenues par de l’artillerie efficace et par une coalition aérienne. Certains observateurs avertis anticipent déjà une défaite de Daesh pour mettre en garde : la prise de Mossoul par l’armée nationale irakienne ne suffira pas, loin de là, à assurer un avenir radieux ni à la ville ni, surtout, à l’Irak comme Etat. Et ils voient même dans le sort futur de la ville un test clé pour l’unité du pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct