Ilke Froyen et Adrienne Nizet: «Penser Bruxelles comme une ville multilingue»

© Adrienne Nizet et Ilke Froyen.
© Adrienne Nizet et Ilke Froyen. -

1. S’ouvrir à la perméabilité de Bruxelles.

Chacun a plusieurs identités, et à Bruxelles particulièrement. Un exemple : francophone, musulman et professeur. Hispanophone, laïc et employé de la Commission européenne en est un autre. Ou encore néerlandophone, chrétien et artiste. Mais ces catégorisations ne sont pas, ou ne devraient pas être, excluantes. C’est la force de Bruxelles. Nous rêvons d’une ville où ces caractéristiques seraient perméables les unes aux autres, entremêlées.

2. Penser Bruxelles comme une ville multilingue.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct