Pourquoi la Wallonie ne veut (toujours) pas du Ceta

Pourquoi la Wallonie ne veut (toujours) pas du Ceta

1.

L’agriculture reste une épine dans le traité

Mais qu’est-ce qui est imbuvable pour la Wallonie dans les chapitres agricoles du traité ?

Un premier point de friction porte sur les OGM et les hormones. « Le traité est trop flou sur l’utilisation d’hormones pour la production bovine, lance le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (CDH). Le texte doit prévoir explicitement l’interdiction de bœuf aux hormones ». L’impact n’est pas uniquement sanitaire mais aussi économique.« Tous les autres coûts étant égaux, il faut dépenser 20 % de plus pour produire la même quantité de viande sans hormones en Wallonie », explique René Collin.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct