Christian Raftopoulos: «Sécuriser la ville est essentiel»

Christian Raftopoulos: «Sécuriser la ville est essentiel»

1.  La sécurité. Je vis à l’hyper centre-ville, à quelques mètres de la Grand-Place. Le piétonnier me ravit. Mais, sauf exception, après une certaine heure, je ne me déplace que métamorphosé avec un bonnet et un pantalon à poches, un déguisement pour minimiser les risques de violence. On croise des groupes de gens qui zonent, avec des chiens de défense. On n’est pas au Mexique ni au Brésil, où il y a des morts dans certains quartiers, mais il est essentiel que chacun puisse se promener librement sans risquer de violence ou de racket. Sécuriser la ville est essentiel. Pas la transformer en camp retranché, mais ne pas l’abandonner, du moins à certaines heures, à ceux qui voient le passant comme une proie. Les enfants et les grands-parents doivent pouvoir aller au théâtre ou au resto sans crainte. On ne peut pas vivre dans la suspicion permanente.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct