Une ébauche du service minimum en cas de grève à la SNCB

Une ébauche du service minimum en cas de grève à la SNCB

Le débat sur le service minimum en cas de grève à la SNCB est devenu, aujourd’hui, celui sur le « service garanti ». Malgré l’évolution sémantique, le dossier semble faire du surplace. Mardi prochain, en « comité de pilotage », le lieu de rencontre entre les directions du groupe SNCB et les syndicats, ces derniers doivent à nouveau se prononcer sur une proposition concernant les « interruptions de travail-services garantis ». Où, c’est probable, ils vont renvoyer la patate chaude à un autre niveau de décision.

En 2014, la majorité a prévu l’instauration «  en concertation avec les partenaires sociaux  » d’un service minimum à la SNCB dans son accord gouvernemental. «  Si aucun accord n’a été trouvé dans un délai raisonnable, le gouvernement prendra lui-même une initiative législative. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct