Remplacer son conseiller bancaire par un robot

Remplacer son conseiller bancaire par un robot

Même s’il est vendeur et certainement plus facile à placer dans un titre qu’« algorithme financier automatisé », le terme de robot-conseiller est sans doute mal choisi. Surtout que ceux qui s’attendaient à voir un robot les accueillir à l’entrée de l’agence bancaire risquent d’être déçus. Quand on parle de robots-conseillers, c’est plutôt à un algorithme ou un ordinateur que l’on a affaire.

« Ce n’est pas un robot qui s’occupe de tout, puisqu’il y a en réalité beaucoup d’intervention humaine », confirme Geoffroy de Schrevel, CEO de Gambit, une solution digitale d’investissement et spin-off de l’Université de Liège. Mais peu importe le nom que porte cette nouvelle façon de voir le conseil en investissement, la gestion de portefeuille entièrement digitale séduit de plus en plus de clients.

1.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct