Les avancées obtenues dans la «Déclaration» de la Belgique

Les avancées obtenues dans la «Déclaration» de la Belgique

Au terme de leur « combat », les exécutifs des entités fédérées francophones rebelles vont défendre devant leurs parlements respectifs les « avancées » engrangées. Celles-ci sont contenues dans deux documents, déjà approuvés jeudi soir, par les représentants permanents des 27 autres Etats membres de l’Union européenne. Le premier texte, qui a fait l’objet des longs arbitrages belgo-belges des derniers jours, est une « Déclaration » de la Belgique, seule, qui précise les conditions dans lesquelles le pays s’engage à signer le Ceta. L’autre document est un « Instrument interprétatif commun », convenu, pour calmer les craintes des Wallons (mais aussi d’autres en Europe), entre les Etats membres de l’UE et le Canada.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct