«Le fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune», un spectacle qui renaît de ses cendres

«Le fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune», un spectacle qui renaît de ses cendres

Au centre de l’espace du Manège, une immense pile de valises se dresse quasiment jusqu’au plafond. Autour de celle-ci des éléments de décors, un élévateur, des projecteurs... Et puis des techniciens, des comédiens, des amis venus ce soir pour assister à un filage du spectacle Les fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune. L’ambiance est détendue et bon enfant malgré l’enjeu. Vingt ans après sa création, Martine de Michele reprend un spectacle qui avait fait date en 1996. On commémorait alors le cinquantième anniversaire des accords entre l’Italie et la Belgique aux termes desquels les deux pays échangaient de la main d’œuvre contre du charbon (lire ci-contre). Le Théâtre de la Renaissance, emmené par Francis d’Ostuni, créait à cette occasion un spectacle aussi fort qu’inattendu. Basé sur les témoignages de quatre anciens mineurs, Hasard, Espérance et Bonne Fortune (les noms de trois charbonnages de la région) retraçait le parcours de ces hommes venus d’Italie pour trimer dans les mines de Belgique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct