Avec les Forces spéciales, dans les faubourgs de Mossoul

©AFP
©AFP

Le sang est encore frais. Il macule la piste de terre, bordée par des maisons basses. «  Le cadavre a été emmené là-bas, pour éviter que les familles le voient », dit un soldat. « C’était un djihadiste. Il essayait de s’enfuir. Il était armé. Nous l’avons tué », ajoute-t-il.

« Là-bas », ce sont quelques carrosseries de voitures. Le cadavre repose à côté, carcasse parmi les carcasses. L’homme était corpulent, et garde sur son visage un rictus figé. Une dizaine de soldats se rassemblent autour du corps. Ils s’ennuient, en ce matin froid. Ils font partie des 10.000 hommes des forces spéciales irakiennes, le Service antiterroriste, surnommé « la Division dorée ». Formée en 2004 à l’initiative des occupants américains, c’est une force qui monte sans cesse en puissance depuis.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct