Une élection qui jette un froid sur le dossier climat

Le spectre qui hantait le sommet climat de Marrakech s’est matérialisé ce mercredi matin. Le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre sera dirigé pour quatre ans par un président climatosceptique et largement acquis au lobby des énergies fossiles. Donald Trump n’a jamais fait mystère de ses opinions et de ses intentions sur les questions environnementales, climatiques en particulier. Mais il n’aura pas toute liberté pour les concrétiser.

On le sait, le candidat Trump a qualifié le changement climatique de « rumeur » (hoax), de « connerie » (bullshit) et accusé les scientifiques de « manipuler les données ». Voici pour ses opinions. Dans son premier discours sur la politique énergétique, il a annoncé qu’il « annulerait » (cancel) la participation des Etats-Unis au traité et qu’il demanderait à le renégocier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct