Les transgenres sont discriminés sur base de leur prénom à l’université

Edition numérique des abonnés

Louis a entamé des études au Conservatoire royal de Bruxelles en 2015. Pour son inscription, l’établissement s’est basé sur son état civil (c’est l’usage dans toutes les écoles et universités). Un état civil qui renseigne son prénom de naissance ; féminin. Car Louis est transgenre. « Une personne dont l’identité de genre, l’expression de genre ou l’attitude est différente de celle associée habituellement avec son genre (erronément appelé « sexe ») assigné à la naissance », selon les termes de l’ASBL Genres Pluriels.

Le problème, c’est que c’est ce prénom de naissance qui est utilisé dans tous les papiers liés à l’école : carte d’étudiant, listes données aux professeurs…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct