Baby Fire Gold

<span>Baby Fire</span> Gold

« Fume, c’est du belge », comme dirait quelqu’un de bien connu de nos services ! Trois albums en bientôt six ans : Baby Fire, le trio de Bruxelloises, est des plus réguliers malgré les changements de line-up survenus à chaque fois autour de Dominique Van Cappellen-Waldock, alias Diabolita.

Produit par Pierre Vervloesem (dEUS, Madensuyu…), Gold ressemble à un trip post-punk en onze tableaux qui peut faire courir de sérieux frissons sur l’échine. A l’écoute, par exemple, de ce « Brussels » (« la ville aux ongles sales ») oppressant et presque lugubre. Ce « Tiger heart » un peu Savages. Ou ce (trop) court « Salamander », blues new wave à combustion lente. Quand elles parlent d’amour, c’est sous tension. Et le don de soi se fait au sens le plus organique du terme (lover et liver rimant ainsi sur Lovers).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct