Les attentats ont coûté un demi-point à la croissance belge

Commerces, restaurants et bars déserts à Bruxelles après les attentats. L’impact économique des tragiques événements se sera fait ressentir jusqu’en septembre dans le pays. BELGA.
Commerces, restaurants et bars déserts à Bruxelles après les attentats. L’impact économique des tragiques événements se sera fait ressentir jusqu’en septembre dans le pays. BELGA.

Ce n’est pas un texte politique. Mais une étude s’appuyant sur l’ensemble des chiffres régionaux publiés cette dernière année. A travers ces vingt pages de compilation statistiques, la FEB, fédération des entreprises belges, a tout de même un message clair à faire passer : l’impact économique des attentats de Paris et de Bruxelles a été conséquent durant un an. Plus important que ce qui a été relayé dans la presse jusqu’à présent. Car plus long qu’espéré aussi. Ces terribles événements ont donc amputé la croissance du PIB belge. « Dans le débat autour de la croissance belge, jugée inférieure aux autres pays européens, l’on semble avoir oublié cette dimension importante. Même notre gouvernement invoque peu cet argument », explique l’administrateur délégué de l’institution, Pieter Timmermans. « Il est pourtant non négligeable. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct