lesoirimmo

La fécondité, une affaire politique

© AFP.
© AFP.

Aucun pays européen, à l’exception de la France, ne possède un taux de fécondité en mesure de permettre le maintien du volume actuel de population, c’est-à-dire égal à 2 enfants par femme. L’Irlande, pays qui dans les années quatre-vingt-dix présentait le taux de fécondité le plus élevé de tous les pays de l’Europe occidentale, en est proche aussi mais est aujourd’hui en phase descendante, avec une évolution cependant discontinue, présentant un taux de 1,96. La distance du seuil garantissant la stabilité de la population est toutefois très différente entre les pays. Certains, comme le Royaume-Uni et la Suède, présentent des taux supérieurs à 1,8 enfant par femme et sont surtout stables, voire en augmentation, par rapport aux années 1990. C’est la même chose pour des pays, comme les Pays-Bas, présentant un taux plus faible, autour de 1,7, mais toujours supérieur à celui des années 1990 et 2000. L’extrême opposé présente des pays que les démographes définissent à très faible fécondité, inférieure à 1,5 enfant par femme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct