Des associations de consommateurs dénoncent des «poupées espionnes»

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Certains jouets connectés sont susceptibles de se transformer en « espions » en herbe, contrôlables à distance par un simple téléphone portable, préviennent des associations de défense de consommateurs européennes et américaines qui ont décidé de porter plainte.

L’organisation de consommateurs Test-Achats a, pour sa part, interpellé le SPF Économie et la Commission Vie Privée.

Comment ça fonctionne ?

Les craintes des défenseurs de la vie privée portent notamment sur deux jouets : « Mon amie Cayla » et « i-Que », qui requièrent l’utilisation d’une application sur téléphone ou tablette pour fonctionner. Ils sont manufacturés par Genesis Toys, qui se revendique numéro 1 mondial du jouet connecté, basé à Hong Kong.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct