Bruxelles sans voiture? Le rêve inaccessible

Beaucoup d’obstacles restent à surmonter pour obtenir une mobilité plus fluide. © Bruno D’Alimonte
Beaucoup d’obstacles restent à surmonter pour obtenir une mobilité plus fluide. © Bruno D’Alimonte

Philippe Geluck (Le Chat), Roger Vanden Stock (RSCA), Muriel Bernard (EFarmz)… Vous avez été nombreux, dans notre supplément « 500 idées » à souhaiter une réduction de la pression automobile à Bruxelles. Une utopie ?

Avant toute chose, précisons que le nombre de voitures roulant à la capitale a tendance à diminuer : selon les comptages de Bruxelles Mobilité, il a baissé de 7,4 % entre 2003 et 2012. La baisse la plus spectaculaire concerne les petites voiries, car les communes ont pris beaucoup de mesures de dissuasion du trafic de transit pour préserver leurs quartiers (zones 30, boucles de circulation…). Malgré cela, la congestion automobile reste bien réelle, surtout sur les grands axes, car l’espace de la voirie consacré à l’auto a globalement tendance à rétrécir (– 3 % en 10 ans, entre 2005 et 2014).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct