Football Leaks: le transfert de James Rodríguez, un exemple de montage

Edition numérique des abonnés

Le transfert du milieu de terrain colombien James Rodríguez, meilleur buteur de la dernière Coupe du monde au Brésil, est un parfait exemple des tours de passe-passe réalisés avec le concours de sociétés à responsabilité limitée néerlandaises, afin d’acheminer des millions du Portugal, via les Pays-Bas, vers les paradis fiscaux des Caraïbes, sans impôts et sans questions embarrassantes.

Si, depuis quelques mois, Rodríguez est relégué sur le banc de touche du Real Madrid, il arrive en 2011 au FC Porto en jeune pépite de l’équipe argentine de Banfield. Durant les trois années où il a joué à Porto, sa valeur est passée de 5 à 45 millions d’euros, un splendide investissement. L’agent Marcelo Simonian a été un intermédiaire dans le transfert de Rodríguez vers Porto. Simonian a utilisé des boîtes aux lettres néerlandaises pour tous les contrats avec des clubs européens.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct